La Mandragore vous accueille du mardi au vendredi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h

et le samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 19h.

3 rue des tonneliers

71100  Chalon-sur-Saône.

03 85 48 74 27

 

S'enfuir, Récit d'un otage

S'enfuir, Récit d'un otage

Guy Delisle

Dargaud

  • par
    15 janvier 2020

    1997, Christophe André est en mission pour l'ONG Médecins sans frontière à Nazran, en Ingouchie, petite république russe qui touche la Tchétchénie. Son premier travail dans l’humanitaire, il s'occupe des finances et de l'administration. Trois mois qu'il est présent lorsque la nuit du premier au deux juillet, il est enlevé. Totalement ignorant des causes de son rapt, il est mis à l'isolement, ne peut communiquer avec ses ravisseurs qui ne parlent pas la langue -et inversement- et qui se contentent de lui apporter ses repas et de le guider jusqu'aux toilettes.

    Guy Delisle a recueilli et mis en pages le témoignage très précis de Christophe André. Son roman graphique est sobre, le dessin minimaliste, tout -ou presque- s'y passe dans une pièce vide, seulement un matelas, un radiateur et un homme souvent allongé. Des tons bleutés pour la journée et grisés pour la nuit. Un peu plus de 400 pages qui racontent l'enfermement, l'isolement et les questionnements de l'otage qui ne connaît ni les raisons de son enlèvement, ni ce qu'il se passe au dehors, ni si des tractations sont en cours pour le libérer ni même donc une éventuelle date de sortie de cette pièce. Et il passe par tous les stades, celui du découragement, celui de la volonté de ne pas y céder, l'envie de s'évader mais la crainte de n'y point parvenir et d'être tué. Il se raccrocha à sa passion pour les batailles célèbres, surtout celles de Napoléon.

    On pourrait croire qu'on va s'ennuyer à lire ce gros roman graphique, mais que nenni, c'est tout le contraire. La sobriété des dessins, des couleurs, du texte, tout est fait pour qu'avec l'otage on se pose des questions, on ait envie qu'il s'en sorte. Ce n'est pas un polar, c'est un récit, néanmoins, une certaine tension file sur toutes les pages. Je ne suis pas amateur des témoignages, très franchement ça m'agace souvent même lorsque l'histoire est forte, mais j'avoue que Guy Delisle m'a bluffé. Sans doute la forme roman graphique aide-t-elle. La force du dessin.


  • 15 février 2018

    otage

    En 1997, alors qu’il est responsable d’une ONG médicale dans le Caucase, Christophe André a vu sa vie basculer du jour au lendemain après avoir été enlevé en pleine nuit et emmené, cagoule sur la tête, vers une destination inconnue autour de Grosny.

    Commence alors pour lui des journées attachées à un radiateur à fixer le plafond.

    Pour ne pas devenir fou, il compte les jours et se remémore les batailles de Napoléon.

    Il cherche à s’enfuir, mais les occasions sont rares.

    J’ai aimé que le coffre fort n’ai pas été dévalisé, les ravisseurs ne sachant pas que c’était jour de paye.

    J’ai craint un album plein de redites, mais même si les journées sont presque toutes les mêmes, l’auteur a su garder mon attention.

    Un album que mon Grand Couassous a aimé également.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de l’ampoule au plafond que Christophe fixe pendant des heures.


  • par (Libraire)
    4 octobre 2016

    Témoignage saisissant

    Le dernier roman graphique de Guy Delisle est une réussite. Il retrace plus de 3 mois de captivité d'un otage français kidnappé en Tchétchénie en 1997. Les choix graphiques épurés, les couleurs sombres, les cases serrées, tout nous aide à ressentir l’enfermement. Guy Delisle est un maître de la bande dessinée de reportage. Très fort.


  • par (Libraire)
    20 septembre 2016

    Terrifiant

    Ou comment vit-on l'enfer de l'emprisonnement, sans crime, sans procès, sans raison, et sans date de sortie...


  • 17 septembre 2016

    Coup de coeur BD

    "S'enfuir", c'est un huis clos en captivité. Simple. Haletant. Terriblement efficace !


  • par (Libraire)
    16 septembre 2016

    Un témoignage saisissant sur la condition d'otage

    Il est difficile d'imaginer ce qu'il se passe dans la tête d'un homme retenu contre sa volonté pendant plusieurs mois dans un pays étranger. Grâce à la plume de Guy Delisle on a une vision un peu plus précise de cet enfer. En effet, l'auteur et illustrateur de bandes dessinées revient cette année avec un témoignage saisissant sur la condition d'otage. Il nous narre la terrible expérience de Christophe André, kidnappé en 1997 dans la région du Caucase. Le pauvre homme est alors dans cette région pour une aide humanitaire et ne se doute pas que son aventure va virer au cauchemar. Les illustrations de Guy Delisle sont très sobres et nous confrontent directement aux sentiments du captif. On tremble pour lui, alors même que l'on sait dès le début qu'il s'en sortira. Guy Delisle est un maître de la bande dessinée de reportage, on le savait déjà grâce à ses Chroniques de Jérusalem, il nous le confirme avec S'enfuir.