La Mandragore vous accueille du mardi au samedi de 09h30 à 13h00 et de 14h00 à 19h00.

3 rue des tonneliers

71100  Chalon-sur-Saône.

03 85 48 74 27

Conseils de lecture

Jules et le renard
12,20
par (Libraire)
6 décembre 2019

Un de nos coups de coeur de cette fin d'année !

Vous craquerez forcément pour Jules, le héros souriceau de cet album. Il mène une petite vie bien tranquille jusqu’à ce qu’un renard essaie de le croquer ! Par chance, il rate son coup et reste coincé dans l’entrée du terrier. Evidemment ça ne les arrange ni l’un ni l’autre mais il va bien falloir s’accommoder de la situation…

Laëtitia


Les Nouveaux héritiers

Éditions Gallmeister

22,80
par (Libraire)
2 novembre 2019

C’est l’histoire d’amour entre deux jeunes gens qui s’aiment avec tout ce que cela suppose... Et l’art aux USA. J’ai choisi cet ouvrage parce que c’est un ouvrage de chez Gallmeister, que la couverture est belle et la quatrième de couverture alléchante.
Emmanuelle, lectrice de la rentrée littéraire


Starlight
21,00
par (Libraire)
2 novembre 2019

Dans Starlight, nous retrouvons le personnage de Franklin Starlight devenu adulte alors que dans le précédent roman Les étoiles s’éteignent à l’aube, il n’est encore qu’un adolescent. Il va prendre sous son aile une jeune mère célibataire et sa fille qui fuient la violence. Grâce au soutien et à l’amitié de Starlight, elles vont réapprendre à vivre dans
la sérénité.
Dans ce roman inachevé, on trouve cette beauté de l’écriture si fluide qui se fond dans le décor du paysage canadien, cette respiration, ce souffle puissant et tant d’énergie. Toujours cette volonté de lutter, de vouloir s’en sortir. L’auteur nous montre qu’une voie est possible dans laquelle l’homme trouve sa place : s’immerger dans la nature, seul, en essayant d’être au contact le plus proche possible avec les animaux. Que du bonheur à lire ce roman, à se fondre dans cette nature, à partager ces rencontres animalières fugaces mais si intenses.
Marie-Françoise, lectrice de la rentrée littéraire


Les Guerres intérieures
19,00
par (Libraire)
2 novembre 2019

La culpabilité est au centre du nouveau roman de Valérie Tong Cuong. Mais pas seulement : le mensonge, l’amour et leurs coûts intimes sont également au rendez-vous. Pax, comédien sans grand succès, passe rapidement à son appartement pour se changer : il est convoqué à une audition très prometteuse qui sera, selon toute vraisemblance, le vrai début de sa carrière. Venant de l’étage supérieur, il entend des bruits étranges, une sorte de lutte, surprenant pour un samedi dans son immeuble de bureaux habituellement tranquille. Pressé par son engagement et la joie de sortir bientôt de sa condition médiocre, il file à son rendez-vous. Sauf que ce qui s’est effectivement déroulé à l’étage va revenir dans sa vie à la façon d’un boomerang : les conséquences en seront terribles.
Un précédent ouvrage de cette auteur - Pardonnable, impardonnable - abordait déjà les petits arrangements nécessaires au maintien de l’équilibre au sein d’une famille. Ici, l’intrigue est moins vraisemblable, certes. Mais les questions qu’elle pose sont universelles et continuent d’interroger le lecteur une fois le livre refermé.
Alexandra, lectrice de la rentrée littéraire


Lettres de pluie
21,00
par (Libraire)
2 novembre 2019

Un monde loin des hommes, une île au milieu d’un fjord. Toute une colonie d’habitants va regarder grandir Andreas et sa sœur chez Johannes, l’ivrogne, entre haine, rejet et drames. C’est par un cliché gardé dans une boîte que l’histoire va commencer à se créer pour Andreas : une Studebaker vert pistache garée devant la Villa Jaune où ils habitent. Pas d’autres souvenirs que ceux racontés par le vieux, pas d’autres histoires que celles inventées par Minna et sa vie va basculer quand il reviendra, adulte, sur l’île de son enfance.
Roman très sombre, huis-clos qui nous écrase comme une chape de plomb. La profondeur psychologique des personnages, ainsi que le contexte historique nous tiennent en haleine. Rien n’est tiède et nous irons crescendo jusqu’à l’ultime violence. Un livre passionnant dont nous ne sortons pas légers, à l’instar de son héros.
Sylvette, lectrice de la rentrée littéraire