La Mandragore vous accueille du mardi au vendredi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h

et le samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 19h.

3 rue des tonneliers

71100  Chalon-sur-Saône.

03 85 48 74 27

 

Comment regarder les gestes et expressions
EAN13
9782754111775
ISBN
978-2-7541-1177-5
Éditeur
Hazan
Date de publication
Collection
Guide Hazan
Nombre de pages
384
Dimensions
20 x 13 x 2 cm
Poids
694 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Comment regarder les gestes et expressions

De

Hazan

Guide Hazan

Offres

Des gestes et expressions sont attachés aux représentations de l’homme que les artistes nous donnent. Empruntés au quotidien ou issus de la tradition iconographique, ils sont porteurs de sens que cet ouvrage se propose d’éclairer, afin de décrypter les situations décrites par les œuvres, la symbolique particulière liée à certains gestes, l’état d’esprit, voire le tempérament ou la santé mentale des personnages représentés.
Ainsi les artistes du Moyen Âge, en jouant sur les différences d’échelle entre les personnages, sur la position de leurs mains, bras et pieds, ont voulu définir les rôles sociaux et les dégrés de moralité des actes reproduits dans l’image. En caractérisant certaines figures, ils offrent un récit non verbal qui permet à chacun de comprendre les circonstances présentées : l’être hirsute et grimaçant sculpté sur les chapiteaux est à n’en pas douter le Diable, celui dont il saisit les chevilles est à coup sûr un damné. Sacrée ou profane, cette iconographie, bien souvent héritière de l’Antiquité, évoluera au fil des siècles.
Au cours de l’histoire de l’art, c’est ainsi à travers une suite ininterrompue de legs et de trouvailles, que les artistes vont s’efforcer, selon Léonard de Vinci, de reproduire les « mouvements de l’âme » et les « affects » de la nature humaine. Le corps, ses parties et surtout son aspect sont révélateurs d’un monde et de sa pensée : ainsi l’entend la physiognomonie, science qui établit des correspondances entre physionomie et caractère et dont s’inspireront aussi bien Le Brun que Lavater. Plus moralistes, les caricaturistes exagèrent ou ridiculisent les traits physiques à proportion qu’ils posent un œil critique sur leur société. De son côté, la psychiatrie naissante constitue avec le concours des artistes et, avant l’exploitation de la photographie, l’iconographie de l’aliénation mentale. Le xxe  siècle, enfin, s’attaque à la physionomie, pour la restituer dans le fracas que la psychanalyse a provoqué.
S'identifier pour envoyer des commentaires.