La Mandragore vous accueille du mardi au vendredi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h

et le samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 19h.

3 rue des tonneliers

71100  Chalon-sur-Saône.

03 85 48 74 27

 

Nuit de septembre
EAN13
9782246859857
ISBN
978-2-246-85985-7
Éditeur
Grasset
Date de publication
Collection
Littérature Française
Nombre de pages
160
Dimensions
11 x 11 x 1 cm
Poids
154 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

« Une nuit, ton fils s'est tué dans sa chambre, au premier étage de votre maison. Au matin à huit heures, avec son père tu Tas trouvé.
Depuis, à voix basse, tu lui parles. Tu lui demandes s'il se souvient.
La mer étale à huit heures du soir, les talus hérissés d'iris, les pierres de la cour tièdes sous la peau du pied, les filles dont les yeux sourient, toutes les choses belles et la lande silencieuse.
Tu espères tant qu'il est parti gonflé d'elles. Mais comme tu n'es pas sûre qu'en aide, en ailes, ces choses lui soient venues cette nuit-là, tu les lui donnes par la pensée, la respiration, le murmure. »
Avec une sensibilité vibrante, lumineuse et poétique, Angélique Villeneuve dit l'après : comment exister sans celui dont on respecte silencieusement le choix d'être parti ? Quelle place trouver parmi les vivants et comment leur dire, à travers ce livre, toute la beauté du monde ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

7 octobre 2016

famille, suicide

La narratrice tente de mettre des mots sur le décès brutal de son fils. Pas de misérabilisme, pas de pleurs, aucune tentative de chercher à savoir pourquoi. Juste des mots sur cette absence que la mère vit jour après jour. ...

Lire la suite

3 avril 2016

Un témoignage pur, sans pathos

C'est avec beaucoup de pudeur qu'Angélique Villeneuve nous conte son histoire, celle d'une mère face à la souffrance, au chagrin, au deuil, à l'incompréhension du geste de son fils. Ne pas juger son fils, décrire la vie «d'après», offrir avec ...

Lire la suite

20 mars 2016

Orpheline d'enfant

Pour lire ce texte magnifique, il faut avoir le cœur bien accroché et une boîte de mouchoirs à portée de main. On le sait, il n’y a pas de mots en français pour dire qui l’on est, lorsqu’on perd un ...

Lire la suite

10 mars 2016

« Une nuit, ton fils s’est tué dans sa chambre, au premier étage de votre maison. Au matin à huit heures, avec son père tu l’as trouvé. » J'ai tourné autour de ce livre avec la crainte de recevoir des ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Angélique Villeneuve