La Mandragore vous accueille du mardi au vendredi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h

et le samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 19h.

3 rue des tonneliers

71100  Chalon-sur-Saône.

03 85 48 74 27

 

Le Carnet À Spirales .

https://www.facebook.com/librairielecarnetaspirales/?fref=nf

Les lectures de l'équipe du Carnet à spirales pour vous aider dans vos choix, vous accompagner dans vos nuits blanches, dans vos heures d'évasions romanesques.
Peu adeptes des étoiles nous avons décidé d'en donner 5 par défaut à nos recommandations.
Au plaisir de vous lire et de vous recevoir au Carnet à spirales

Tout le bonheur du monde

Claire Lombardo

Rivages

24,90
28 mai 2021

Saga foisonnante qui s'étale des années 70 jusqu'à nos jours et qui relate la difficulté de se construire dans une famille composée de quatre filles qui grandissent dans l'ombre du bonheur de leurs parents, image même du couple idéal, allégorie de l'amour conjugal sans failles. Et pourtant....Un adolescent de 15 ans va débarquer dans la famille et mettre un grain de sable dans la machine...Un premier roman qui explore avec finesse et brio la complexité des liens familiaux et décortique les sentiments ambivalents suscités par la maternité (et aussi la paternité) et questionne en général sur la parentalité et la sororité.

Nowhere girl
28 mai 2021

La BEATLES mania !

Magali a 11 ans dans les années 90 et elle rentre tout juste au collège, événement important qui va lui déclencher une anxiété chronique et une phobie scolaire. Une découverte plutôt inattendue va alors l'aider à sortir la tête de l'eau... les BEATLES ! Elle va devenir fanatique de ce groupe de pop-rock anglais mythique, jusqu'à graver leur nom sous ses chaussures !
Un très bel album en noir et blanc (avec quelques pointes de couleurs), qui devient un véritable trip coloré lorsque les BEATLES débarquent en musique, tel un rêve fiévreux. Une ode à la musique, à l'amour, à la vie et aux petits plaisirs qu'elle nous offre. Pour les adultes en devenir et ceux qui sont restés de grands enfants ! A LIRE !

La folie de ma mère

La folie de ma mère

Isabelle Flaten

Attila

28 mai 2021

Il fallait l'écriture affinée, tellement juste, profonde, humaine d'Isabelle Flaten pour dresser le portrait d'une mère (la sienne) toxique, bipolaire, franchissant allègrement les portes de la folie, une femme cultivée, charmante et aimante un jour, cruelle et acerbe le lendemain, qu'on a envie de follement détester mais à qui on voudrait pourtant tendre la main pour la délester d'un fardeau trop lourd à porter. Un récit autobiographique bouleversant, drôle parfois, qui ne sombre jamais dans le larmoyant et le mélo. En filigrane, derrière les mots, une véritable déclaration d'amour d'une fille à sa mère.

Chant des plaines, Pour voix féminines

Pour voix féminines

Christian Bourgois

22,50
28 mai 2021

Chant des plaines est une complainte. Celle de trois générations de femmes vivant dans le rural Nebraska dont était originaire Wright Morris. Au début du siècle dernier, la toute jeune Cora quitte ses terres natales pour suivre son mari dans cet état rude du Midwest. Cette femme froide et dure à la tache, première de cette lignée de paysans qui ne met au monde que des filles, y passera le restant de sa vie partageant ses journées entre les tâches ménagères, les travaux agricoles et l'éducation honnête de deux filles (dont une n'est pas la sienne) mais sans affection particulière, sans démonstration d'amour maternel, avec le même détachement que Wright Morris dans son écriture. Ses deux filles prendront des directions différentes, Madge restera attachée à sa terre tandis que Sharon Rose quittera le domaine pour Chicago et assumera complètement son indépendance et son départ malgré son attachement à sa soeur mais aussi à cette campagne ingrate qu'elle portera malgré elle toujours en elle.
Chant des plaines est un roman rural, aride, un roman en noir et blanc qui dit tout du changement du monde en un siècle à peine, ce monde révolu dont l'auteur souhaitait ardemment garder la trace par ses mots âpres qui racontent le quotidien ordinaire des hommes et des femmes de la campagne à travers les objets les plus simples : un tapis élimé, une veste suspendue, une bouilloire, un panier à oeufs,...Ces objets que l'on retrouve également avec émotion (surtout quand on a lu le roman) dans ses photos car Wright Morris fut aussi un immense photographe. A découvrir absolument L'essence du visible Wright Morris Editons Xavier Barral

Ceux des marais

Virginie Barreteau

Incultedermarge

30 avril 2021

Garder la trace de vies anonymes….

Derrière la magnifique couverture de Ceux des marais, il y a des vies rudes et misérables dans des habitations isolées et désolées reliées les unes aux autres par les méandres des marais sillonnés chaque jour par le médecin qui rend visite en barque à cette population du bout du monde. En même temps qu’il panse les plaies et guérit les corps fatigués, cet étrange docteur sonde les âmes tourmentées en photographiant ses patients comme si le flash de son appareil photo et les pellicules développées pouvaient lui révéler un peu plus ce qui se cache derrière les regards. C’est dans ces centaines d’images qu’il trouvera la réponse à la disparition mystérieuse de Pacot, un habitant des Marais. Valérie Barreteau signe un texte d’une beauté brute, crue dans l’atmosphère lourde des eaux languissantes qui n’est pas sans rappeler l’ambiance pesante du très beau « Des carpes et des muets » d’Edith Masson (Editions du Sonneur). Un roman qui donne envie de se plonger dans les photos de Sabine Weiss, Raymond Depardon ou Whright Morris.